UN OPÉRA MODESTE 
(titre provisoire) 
performance radiophonique
création 2021

La lumière a momentanément disparu et avec elle couleurs et contours. Dans l’obscurité seuls les sons subsistent. Blottis dans une carrière souterraine, cinq voix psalmodient un code érodé. Elles émettent depuis Chôra, une radio mantique. Chacune de leurs paroles débutent ainsi « l’image contient peut-être ». S’y succède un inventaire de choses et d’objets. Dans ce code logent cinq formules chantées, qui une fois entonnées font surgir des lieux et des temps. Toutes contiennent les traces d’une unique ritournelle, un chant de consolation dont on ignore si il nous parvient des temps anciens, présents ou futurs. Ainsi se partage le même refrain, le même paysage de protection du passé et du futur, comme si c’était le futur – le matin neuf – qui était supposé protéger le passé de ses propres défaites.

Sous la forme d’une fable, un opéra modeste propose un trajet sensible dont le point de départ est une rupture, une cécité salvatrice : la destitution du régime du « voir ». Depuis cette infirmité se déploient d’autres lois physiques et la voix y devient regard et toucher. L’écho se substitue au reflet et cette bascule sers de prétexte à une réflexion métaphysique sur l’invisible et les formes discrètes d’existences. Écrite pour une formation réduite de cinq interprètes, un opéra modeste oscille entre abstraction et chanson. C’est une forme hybride pour plateau et radio.

distribution 
conception Myriam Pruvot
collaboration musicale Sylvain Chauveau
avec Jean-Baptiste Veyret Logérias, Valérie Leclerc, Myriam Pruvot, Sylvain Chauveau (en cours)
regard extérieur et écoute Myriam Van Imshoot
ingénieur son Christophe Hauser

production déléguée
Halles de Schaerbeek

co-production
FACR (fond d'Aide à la création radiophonique), Brussels (BE)
ACSR, Brussels (BE)
Halles de Schaerbeek, Brussels (BE)
Festival Archipel, Geneva (CH)
La Soufflerie, Rézé (FR)

soutien
BUDA, Courtrai (BE)
Pianofabriek (BE)
GMEA, Albi (FR)
GMEM, Marseille (FR)


sddefault